Contenu

Une programmation qui marque une nouvelle étape de la politique gouvernementale en faveur des territoires ruraux

La ruralité française a profondément évolué sur un passé récent. Elle a connu un regain démographique : 39% de la population métropolitaine réside dans les espaces ruraux et péri-urbains, ce qui crée de nouvelles opportunités mais aussi de nouvelles attentes. Si globalement le territoire métropolitain est en voie de rééquilibrage, les spécificités régionales et infra-régionales restent fortes, entre les territoires plus fragiles qui continuent à perdre des résidents et de l’activité (et où l’agriculture et la forêt restent prépondérantes), les nouvelles campagnes en recherche d’équilibre et les zones péri-urbaines à forte attractivité résidentielle. L’intervention publique doit ainsi être différenciée en fonction des spécificités de chaque type de territoires.

L’activité agricole continue d’occuper la majorité du territoire (près de 60 %), suivie par la forêt (27 %). L’ensemble agriculture et agro-alimentaire, sylviculture et industries du bois génèrent 72Md€ annuels de valeur ajoutée brute (VAB) et emploient près de 2 millions de personnes.

Si les secteurs agricole et agro-alimentaire français restent compétitifs et performants, ils doivent s’adapter pour maintenir leur compétitivité dans un contexte de concurrence accrue ; le renouvellement et la modernisation des exploitations, l’investissement dans le capital humain et l’innovation sont des enjeux importants, qui doivent être encouragés dans le prolongement de la loi d’orientation agricole du 5 janvier 2006.

Les pouvoirs publics doivent également accompagner l’adaptation du secteur agricole et forestier aux nouvelles demandes de la société. Le FEADER accompagnera les démarches volontaires des agriculteurs ou sylviculteurs, qui souhaitent adopter des pratiques favorables à l’environnement.

Le programme permettra aussi de renforcer le développement des micro-entreprises, des activités touristiques, de services et la mise en valeur du patrimoine rural, en accompagnant les politiques menées par les régions et les départements. Il soutiendra, avec l’approche Leader, les territoires organisés et dotés d’un projet global de développement.

Déconcentration, simplification et concertation sont les principales caractéristiques de la prochaine programmation. La déconcentration vise à mieux intégrer les attentes des territoires dans la programmation. La simplification consiste à cibler l’intervention du FEADER sur quelques actions où l’effet de levier communautaire est essentiel pour éviter le saupoudrage sur une multitude d’actions mal hiérarchisées. La concertation a pris la forme d’un large partenariat avec les acteurs économiques, les associations, les administrations, et bien sûr les élus des collectivités, qui se sont activement mobilisés dans l’exercice.